Avec mes collègues de l’association Les Plumes Indépendantes, nous avons pris la plume comme thème pour composer notre tout premier recueil de nouvelles qui est sorti le 16 août 2018 ! Je vais vous parler un peu plus de ce projet…

Les origines du projet

Vous avez dû le comprendre dans mes précédents articles, les deux plumes en chef de l’association ont beaucoup d’idées pour faire vivre Les Plumes Indépendantes. Outre l’organisation d’un salon du livre à Captieux (33), le 30 septembre prochain, auquel je participerai (et auquel j’espère bien rencontrer certains d’entre vous !) et la Feather Box dont je vous ai déjà parlé, il y avait un autre projet dans les tiroirs (et ce n’est pas le dernier !)

plumes indépendantes

Tout est mis en place pour que l’association soit active et fasse parler d’elle (en bien de préférence !) en mettant en avant les auteurs qui en font partie mais aussi grâce à des productions internes. C’est là que s’inscrit ce recueil. Au début de l’année, Erika et Loli ont fait un appel à textes auprès des adhérents sur un sujet très simple : “Plume” afin de rassembler les auteurs autour d’un projet commun. A partir de là, les auteurs souhaitant participer avaient seulement deux contraintes : respecter le thème et envoyer leur texte avant une deadline donnée.

Etant assez prise par la réalisation de la Feather Box et mes contraintes personnelles, je n’étais pas certaine de pouvoir y participer mais l’idée était là dans un coin de ma tête…

Rédiger une nouvelle ou un texte court

Parce qu’il me suffit souvent d’une idée lancée comme ça pour que mon cerveau embraye et se mette à la développer sans que je ne lui en donne l’autorisation. Il a été entraîné pour ça.

Depuis toute petite, ce sont des textes courts que j’écris. Le premier roman que j’ai terminé était une succession de textes courts qui, au final, allaient bien ensemble. C’est un exercice que j’affectionne beaucoup et qui permet de s’entraîner à développer des thèmes ou des idées, à se focaliser sur un point précis plutôt que sur un développement plus long et plus global.

Rédiger des one-shot est devenu un jeu par la suite. Avec mes copines d’écriture, nous nous lancions des défis plus ou moins loufoques (si vous vous posiez la question, ma méfiance envers les pandas vient de là) et c’était vraiment intéressant de voir les diverses versions que nous produisions à partir d’un thème commun. Lorsque j’écrivais des fanfictions et que j’étais active sur un forum lié à une série télé, le jeu était un peu plus poussé. Nous avions un thème, des mots à placer, des lettres interdites, … Les variations étaient infinies et les résultats souvent très drôles.

J’ai adoré cette période qui malheureusement s’est achevée depuis à cause de mes gros projets d’écriture, du temps qui passe et des relations qui s’étiolent. Mais j’en garde un excellent souvenir et participer à ce recueil de nouvelles était un moyen pour moi de me rapprocher à nouveau de cet exercice.

Alors quand Loli a annoncé qu’il ne restait que quelques jours pour participer, j’ai saisi ma plume pour en émanciper une autre. J’ai rendu mon texte au dernier moment, il n’est pas très long mais il existe et je suis fière d’être aux côtés de mes collègues des Plumes Indépendantes.

Ma nouvelle “La légèreté du non-être” et les autres plumes

Comme je l’ai dit au dessus, ma nouvelle est très courte. Ce n’est pas tant le manque de temps mais le sujet que j’ai choisi qui a décidé de la longueur de ce texte. De très grands auteurs auraient certainement fait un roman de ma plume, je n’ai pas ce talent et je ne suis pas certaine que ça aurait été passionnant. Je suis allée à l’essentiel. J’ai fait le focus sur un détail et je l’ai laissé évoluer le temps de quelques lignes.

« Une scène violente.
Tout n’est que chaos et brutalité.
Et si nous faisions le focus sur un détail…
Juste un. »

Les autres nouvelles sont toutes différentes. Je ne peux pas vous en parler dans le détail puisque le recueil vient tout juste de sortir et que je n’ai pas pu le lire encore. Mais j’ai confiance dans le talent de mes collègues.

Dans ce recueil, vous découvrirez 14 plumes différentes : Loli Artésia, Erika Boyer, G!, Attila Valpinson, Flore Avelin, Chris Red, Antoine Delouhans, Hilda Alonso, Pierre Thiry, Lou B Simone, Frany Jane Cavalier, Audrey Martinez, Agnès de Cize et moi-même. 

La plume et ses multiples facettes… Couverture de l’oiseau, outil de l’écrivain, symbole de la légèreté. Pour chacun, elle a une évocation particulière. Toujours, elle nous fascine. Souvent, elle nous échappe. 

Créer une couverture pour la recueil de nouvelles

Une fois les textes rédigés, il restait encore tout le travail de mise en page interne et externe. J’ai eu le plaisir de réaliser la couverture de la version brochée. On a demandé à chaque auteur de nous envoyer leur plume, quelque chose qui leur correspondait ou correspondait à leur nouvelle. Et ce sont 14 plumes bien différentes qui se sont retrouvées en couverture, un petit challenge pour les faire s’accorder !

Quand la plume de l’association laisse échapper 14 plumes d’auteurs, cela donne ça :

J’espère qu’elle plaira aux lecteurs et qu’elle donnera envie aux gens de découvrir les variations de la plume qui se trouvent à l’intérieur.

Où trouver le recueil de nouvelles des Plumes Indépendantes ?

Tout d’abord, je vous ai fait une page sur mon site avec les liens d’achats. Si jamais vous êtes perdus, il vous suffit de suivre le chemin suivant :
Livres > Collaborations > Il était une plume… – Recueil de nouvelles

Le livre est disponible sur Amazon, en version brochée (9,90€) et en version numérique (2,99€)

Tous les revenus reviennent à l’association afin de vous préparer de nombreux autres projets comme celui-ci !

Vous laisserez-vous tenter par ce recueil de nouvelles ?

Ecrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.